La froideur d'une lame. [Terminée]


le Ven 5 Oct - 3:27
Venaris

"Te Secabo!"




Carte d'identité

♦️♦️ SEXE :: Femme
♦️♦️ DATE DE NAISSANCE :: 31/10/X770
♦️♦️ ORIENTATION :: Aucune
♦️♦️ ARME :: Epée longue
♦️♦️ GROUPE :: Conseil Magique
♦️♦️ L'AVATAR VIENT DE  :: Fanart de la sentinelle de For Honor




Magie et capacités

Deadly Butterfly: Un nuage de millier de papillons bioluminescent entour et danse autour de Venaris, bien que le spectacle qu'offre cette magie soit de toute beauté, il ne s'agit en fait que d'une simple illusion visant à troubler son adversaire assez longtemps pour qu'elle puisse l'approcher, une fois la supercherie découverte, cette magie n'a plus de réel effet même si elle reste très jolie à observer.


Epée du regard funeste: Cette épée possède un cristal amplis d'une magie capable de détourner certaines magies de base comme les simples boules de feu et les faibles projectiles magiques, cette arme reste l'une des seules dans son genre, grâce à un enchantement appliqué au moment du forgeage de sa lame, cette épée et capable d'infliger de lourd dégât à sa cible sans pour au temps la mutilait, le but de Venaris étant de capturer son ennemi sans pour au temps le trancher en deux, cet enchantement s'adapte à la magie qu'il touche pour rendre le tranchant de la lame inefficace, mis a part ceci, cela reste une épée un plus aiguisé capable de trancher les objets dénués de magie avec une précision chirurgicale.


Physique


Venaris est une femme à la tenue très noble, toujours droite, elle ne laisse rien paraître, sous son armure, elle garde une apparence fine et athlétique, sa musculature bien que développer ne gâche rien à ses courbes féminines, du haut de ses 24 ans, Venaris mesure un mètre soixante-quinze et pèse soixante kilos, toujours en restant en bonne santé, Venaris passe ses journées à s’entraîner physiquement, de plus, son armure qu'elle porte à longueur de journée reste assez lourde, malgré la cicatrice sur son œil, les traits de son visage sont fins et nobles; Une peau très claire ornée de deux yeux d'un bleu rappelant celui des glaciers, ces derniers corresponde parfaitement à la froideur permanente qu'affiche le visage dénué de toute émotion de Venaris, des cheveux blonds toujours noués par une tresse avec une frange taillée par elle-même. Elle possède une armure de plates partielles avec cotte de mailles et cuir qu'elle ne quitte qu'à de très rare occasion, faite de plusieurs alliages, la couleur du métal de cette armure est noire parsemée de motif simple de couleur orange, offrant un parfait équilibre entre robustesse et souplesse, elle offre une grande liberté de mouvement à son utilisatrice qui a finit par la considérer comme une seconde peau, quant à son casque, il garde des courbes assez simples et épurer, orné à l'avent d'un demi couronne sûr là quel ce trouve quelque joyeux de grande valeur.


Mental


 Toujours très sérieuse, elle ne relâche son attention qu'à de très rare moment où elle retire son casque, mais même quand elle n'a plus son casque, son expression reste toujours fermée, étant de nature très froide, Venaris n'affiche jamais ses émotions et même quand ces dernières risque de faire irruption, elle se contente de remettre son casque pour les dissimuler, elle ne parle que lorsque c'est nécessaire. De temps en temps, Venaris laisse vagabonder son esprit, c'est l'une des rares occasions où elle devient plus abordable, en temps normal l'attitude de cette dernière reste intimidante ce qui a pour effet de dissuader les personnes qui voudraient engager la discutions avec elle. Bien quel passe le plus clair de son temps libre à s’entraîner physiquement, elle reste une fervente adoratrice de littérature en tous genres, étant très érudit, elle passe une grande partie de son temps à apprendre tout un tas de livre parlant de magie pour ne pas ce laisser surprendre en combat, malgré tout ça, elle reste une grande amatrice de l'art sous toutes ses formes, même si là encore elle ne le montre pas, elle éprouve une grande admiration envers les gens qui ont les capacités artistiques qu'elle n'a pas.


Histoire


C'est en 746 que Venaris vain au monde, née dans une famille noble, elle eut une enfance heureuse, bien que son père n'était pas vraiment présent, sa mère était toujours à ses côtés, étant une ancienne mage de guilde, elle apprit les bases de la magie à sa fille. À l'âge de 5 ans, Venaris parvint pour la toute première fois à utiliser la magie, ce n'était alors qu'un tout petit papillon à peine visible, la petite fille éprouva un grand sentiment de déception à la vue de ce dernier, il était totalement ridicule en comparaison de ceux de sa mère qui eux étaient majestueusement grands et haut en couleur, mais le sourire chaleureux de sa mère était si pure aux yeux de la jeune fille que la déception disparut instantanément, elle continua alors de s’entraîner jours après jours pour pouvoir impressionner sa mère sans se rendre compte que celle-ci était de moins en moins présente au fur et à mesure que les années passèrent.


C'est en 753 que la mère de Venaris succomba à la maladie, elle n'avait alors que 8 ans, cette disparition laissa un grand vide dans son cœur, une partie de son innocence se brisa alors, pour la toute première fois, la jeune fille se sentait tristement seule et bien que les serviteurs du manoir étaient toujours présents, les couloirs de sa grande maison semblaient bien vides, son père quant à lui était toujours occupé, a-t-elle point qu'il ne fut même pas présent aux funérailles de la mère de la petite fille. Un an après cet événement son père se remaria avec une autre femme de la noblesse, il semblait beaucoup plus présent avec elle qu'il ne l'avait jamais été avec Venaris ou sa mère, cette femme bien que belle en apparence était un vrai monstre, elle comprit très vite qu'elle ne pourrait remplacer la mère de la petite fille et ce mis alors à la battre en secret.

Un jour où la jeune fille c'était réfugier dans le grand jardin du manoir pour ne pas croisé sa belle-mère, elle trouva alors une grande statue très peu entretenue, bien qu'elle ait toujours été là, Venaris avait l'impression de la découvrir pour la première fois, le peu de soins qu'avait reçus cette statue combinée avec l'érosion du temps avaient fini par complètement effacer le nom de la personne qu'elle représentait, la jeune fille passa plusieurs minutes à détailler ce statut, par la suite, elle remarqua de toute petite fissure sur le piédestal de cette dernière, mais elle n'avait pas l'air naturelle; usant alors de ses petits doigts, la jeune fille parvint alors à ouvrir une petite trappe dans là quel reposait un livre en cuir relié de fils d'or, même si ce dernier était vieux de plusieurs générations il semblait parfaitement conserver, la petite fille s’essaya donc devant la statue et se mit alors à dévorer les écrits que contenait le livre, il racontait l'histoire de son arrière-arrière-grand-père qui avait brillé sur les nombreux champs de bataille qu'il avait parcourus, c'était grâce à lui que la famille avait été anoblie, même si la jeune fille était subjuguée par les récits qui parlaient de ce grand homme; la nuit qui se moquait bien des envies de la petite fille de vouloir continuer son livre commencé à poindre, elle fût alors bien obligé de rentrer au manoir, elle rangea ce précieux livre à ça place en prenant le soin de bien refermer la trappe.

Un jour où la jeune fille c'était réfugier dans le grand jardin du manoir pour ne pas croisé sa belle-mère, elle trouva alors une grande statue très peu entretenue, bien qu'elle ait toujours été là, Venaris avait l'impression de la découvrir pour la première fois, le peu de soins qu'avait reçus cette statue combinée avec l'érosion du temps avaient fini par complètement effacer le nom de la personne qu'elle représentait, la jeune fille passa plusieurs minutes à détailler ce statut, par la suite, elle remarqua de toute petite fissure sur le piédestal de cette dernière, mais elle n'avait pas l'air naturelle; usant alors de ses petits doigts, la jeune fille parvint alors à ouvrir une petite trappe dans là quel reposait un livre en cuir relié de fils d'or, même si ce dernier était vieux de plusieurs générations il semblait parfaitement conserver, la petite fille s’essaya donc devant la statue et se mit alors à dévorer les écrits que contenait le livre, il racontait l'histoire de son arrière-arrière-grand-père qui avait brillé sur les nombreux champs de bataille qu'il avait parcourus, c'était grâce à lui que la famille avait été anoblie, même si la jeune fille était subjuguée par les récits qui parlaient de ce grand homme; la nuit qui se moquait bien des envies de la petite fille de vouloir continuer son livre commencé à poindre, elle fût alors bien obligé de rentrer au manoir, elle rangea alors ce précieux livre à ça place en prenant le soin de bien refermer la trappe.

Dans les jours qui suivirent, la jeune fille continua de lire le livre à de nombreuses reprises, s’empreignant de tous les exploits qu'il décrivait, Venaris relut à de nombreuses reprises ce livre et à chaque fois qu'elle le recommence, elle avait l'impression de le redécouvrir pour la première fois. Un jour, alors que tout le monde était à table, la belle-mère de Vernaris comme à son habitude s'amusait à rabaisser et a insultait cette dernière, son père quant à lui ne faisait même pas attention à ce qui se dérouler autour de lui, d'un excès de confiance la petite fille se leva et hurla, vociférant que si sa belle-mère était présente c'était uniquement grâce à son père et que si son père était là, s'était uniquement grâce à la lignée de sa défunte mère, sur ses paroles de colère, la jeune fille gagna sa chambre et s'enferma, sans même se rendre compte de l'erreur qu'elle venait de commettre.

Le lendemain de se dîner, Venaris se rendit dans le jardin en quête de son livre comme à son habitude, mais cette fois si, sa belle-mère se tenait à coté de la statue le livre en main, à ce moment-là, Venaris compris ce qui allait se passer, regardant d'un air moqueur la petite fille, la femme mit le feu au livre à l'aide de la magie, pendant la minute que se recueille mis à brûler, Venaris ne quitta pas un seul instant sa belle-mère du regard, un regard sombre, un regard qu'aucune petite fille au monde ne devrait avoir, une fois l'ouvrage en cendres; Venaris se tourna la tête haute pour ne pas montrer à quel point ce geste l'avait profondément blessé. Malgré ça, la jeune fille passa les années qui suivirent à recréent mentalement les événements du livre, se mettant à la place de son arrière-arrière-grand-père à l'aide d'un bâton en guise d'épée, elle passait des journées entière à jouer devant la statue de ce dernier se disant qu'un jour, elle aussi rejoindrait l'armée pour prouver sa valeur au combat.


Quand elle eut quinze ans, une délégation de l'armée Pergrandaise vint au manoir, sans poser aucune question, ils mirent aux arrêts sa belle-mère l’accusant d'être une mage noire au service de l’ennemie et son père pour avoir usé ses titres afin de la couvrir, ce militaire était comme des anges venus la délivrer aux yeux de Venaris, ils étaient aussi majestueux que dans les récits, prenant son courage à deux mains, elle approcha un des militaires, demandant d'une voix hésitante comment elle aussi pouvait faire partie de l'armée de son pays, bien que peu loquace ce dernier lui indiqua comment s’enrôler dans l'armée. Le jour qui suivit, Venaris s'engagea dans l'armée, des rêves de grandeur plein les yeux, l'envie de devenir aussi légendaire que l'homme qu'elle respecter le plus.    

Les mois qui suivirent furent long et douloureux, mais la jeune fille n’abandonna pas un seul instant, repoussant ses limites de jour en jour sans jamais faillir. Après un an passé d'entrainement, Venaris fit envoyer sur son premier champ de bataille en tant qu'aide de camp, elle aurait espéré mieux, mais compte tenu de son âge il n'y avait pas vraiment de possibilité autre que cette dernière. Bien qu'elle n'était pas très douée en cuisine, elle rester très forte pour divertir les soldats, étant désormais capable de créer des dizaines de papillons virevoltant en rythme, elle en faisait profiter tout le monde. La nuit même, alors que Venaris dormait du plus doux des sommeils, elle fit réveiller par des crie, des bruits d'épées qui s’entrechoquaient, des explosions, la jeune femme sortie de sa tente en panique, n’ayant même pas le temps de s'habiller, elle se retrouvait là, en robe de chambre, le camp était en flammes, des cadavres jonché le sol;

Venaris pataugé dans un marre de sang, le combat avait déjà commencé depuis longtemps, quelques barbares ennemies avaient réussi à infiltrer les défenses et alors que ce camp servait à la base d'avant-poste médical, ce dernier était devenu une vraie boucherie. De tous les soldats présents, il restait uniquement son capitaine debout face à deux ennemies et elle, pétrifier par la peur, elle se tenait debout face à toute cette horreur et bien qu'elle sentit une aura meurtrière se rapprocher à toute vitesse d'elle, la jeune femme resta tétaniser, un troisième barbare s'approcha alors d'elle, il ne mit pas longtemps à comprendre l'état d'esprit de Venaris, avec un sourire malsain, il caressât d'abord les cheveux de la jeune femme avant de lui mettre un coup de poing sur le coter du visage, la violence du coup projeta Venaris au sol, de peur, la vessie de cette dernière se vida sans même qu'elle s'en rend compte, le barbare se jeta alors sur elle et la plaqua au sol;

mais avant qu'il n'ait eu le temps de faire quoique se soit, dans un élan de désespoir, la jeune femme tenta de troubler son adversaire grâce à sa magie, bien que jusque-là elle n'était parvenu qu'à faire apparaître qu'une dizaine de papillons à la fois, c'est une nuée de centaines de papillons qui semblèrent tout droit sortir du corps de la jeune femme, surpris, le barbare se releva brusquement en reculant, Venaris profita alors de la confusion pour s'emparait de la hache du barbare qu'il avait négligemment laissé au sol, sans perdre un instant, elle attaqua puissamment le barbare, Plante profondément la hache de ce dernier dans sa cuisse, poussé par une surdose d'adrénaline, elle se releva et ramassa une épée, se dirigeant alors a toute vitesse vers le dernier ennemi encore debout.

Cet homme eut à peine le temps de voir la horde menacent d'insectes fantasmagoriques ce dirigé vers lui que la jeune femme était déjà là, profitant de son élan et de sa vitesse, Venaris se jeta sur lui la lame de son épée bien en avant, les deux tombèrent alors au sol, le nuage de papillon se dissipa alors, révélant ainsi le corps sans vie de l’ennemi, la jeune femme se releva et peut-être ce fut la joie d'être encore en vie ou peut-être la dose massive d'adrénaline qui passé encore dans ses veines, mais elle fut alors prise d'un faut rire incontrôlable, peu après; elle tomba à quatre pattes au sol et se mit à rendre tout ce qu'elle avait bien pu avalait la veille avant de tomber inconsciente sur le côté.

Le lendemain, Venaris se réveillât, elle se frotta d'abord les yeux pensant qu'elle avait fait un affreux cauchemar, elle ouvrit alors complètement les yeux, le sol autour d'elle était blanc, la jeune femme mit un certain temps à réaliser qu'il ne s’agissait pas de neige au sol, mais de cendre, elle n'avait pas rêver, elle regarda alors autour d'elle, adossait à un arbre, elle était habillée, le barbare qu'elle avait blessé durant l'attaque était désormais solidement attaché, de dos, elle discerna son capitaine qui semblait avoir veillé toute la nuit, elle se leva et s'installa devant le petit feu de camp du capitaine, se dernier lui tendit alors une tasse remplie de café, Venaris n'apprécier pas vraiment le café, mais elle ne pouvait refuser et alors qu'elle buvait ce café en silence, la brume matinale se retira peu à peu, révélant ainsi des dizaines de tombes;

Venaris laissa tomber son café au sol tout en se relevant, tout le monde était mort, il n'était que deux avoir survécu au carnage de cette funeste nuit, soudain, la jeune femme porta un regard accusateur à son supérieur lui demandant pour qu'elle raison il avait pris la peine d'enterrer les barbares et qui plus est sans faire aucune distinction entre les tombes, ce dernier demanda sur un ton calme à Venaris de se rasseoir, il lui expliqua pendant plusieurs heures l'importance de respecter les personnes tombées au combat, qu'il soit ami ou ennemi. suite à cette discussion, ils rentrèrent ensemble au quartier général accompagner du barbare, ayant estimé les capacités de la jeune femme, il recommanda cette dernière pour une promotion malgré son âge, elle passa enfin soldat à seize ans.

Après un long entrainement militaire, elle fit envoyer au front, il s’agissait d'une bataille rangée, toutes les troupes étaient prêtes et alors que la charge fût sonnée, Venaris s'élança avec un autre groupe de soldats, armé d'une épée longue, elle entra dans la bataille. Après plusieurs minutes, la jeune femme abattu son premier ennemi, ce dernier n'eut même pas le temps de tomber à terre que la hache d'un autre barbare arracha le casque de Venaris la projetant au sol, alors qu'elle était sur le point de se faire à son tour tué, la lame d'une camarade de son groupe perça le flan de l’ennemie qui tomba lourdement sur le côté, elle lui tendit la main pour l'aider à se relever alors même que le combat faisait rage autour d'elles. Une fois la bataille terminée, les soldats Pergrandais revinrent victorieux, mais même si tout le monde faisait la fête;

Venaris restait seule dans son coin, ne trouvant aucune joie dans le fait d'avoir tué, quand bien même ils avaient gagné, à cet instant, ça collègue vint s’asseoir, elle ne l'avait pas revue depuis qu'elle l'avait sauvé sur le champ de bataille, elle se présenta alors, Ozen, c'était son nom, Venaris ne s'en était pas rendu compte en combat, mais bien qu'elle avait le même âge qu'elle, elle était nettement plus grande, elles passèrent plusieurs minutes à discuter, Ozen avait réussi à redonner le sourire à Venaris, son dévouement envers Pergrande était magnifique aux yeux de Venaris. Quelques jours plus tard, Ozen vint chercher Venaris à la caserne, cette dernière avait entendu dire que les officier avait droit à d'énormes steaks le soir même, mécontente de cette injustice, Ozen et Venaris s'introduire dans les cuisines afin de dérober deux steaks rien que pour elles, malgré sa taille, la jeune femme était surprise de voir les capacités furtives d'Ozen, une fois leur butin volé, elles se dirigèrent vers la forêt.

Une fois leur repas englouti les deux femmes repartirent à la caserne, mais une fois sur place, deux officiers les attendaient, malgré la sévère réprimande, les deux amis étaient heureux. Deux ans plus tard, les deux femmes ne pouvaient se passer l'une de l'autre, elles avaient aussi bien grandi, Venaris mesurait à présent un mètre soixante-quinze et quant à Ozen, elle mesuré un peu plus de deux mètres, au temps dire que cette dernière ne passer plus inaperçus, un nouveau champ de bataille les attendaient, mais à la différence des précédentes batailles, elles devaient escorter un groupe de mage derrière les lignes ennemies, les informations disaient que le groupe ne devait pas rencontrer trop de problèmes en route, l'idée d'escorter ces mages en particulier déplaisait à Venaris, elle n'appréciait pas vraiment les utilisateurs de magie noire, ne trouvant aucune beauté ni honneur dans leur magie, de plus, la plupart des utilisateurs de magie noire qui avaient intégré l'armée de Pergrande étaient des vantards qui comparer leurs massacres sur les champs de bataille.

Une fois presque arrivé en bordure de frontière, le groupe dût descendre une ultime pente, arrivé en bas de cette dernière, de  multiples projectiles magiques vinrent frapper prés du groupe, Ozen et Venaris se mirent en positon de combat et alors que Venaris se tourna pour voir si les mages allaient bien, ces lâches avaient fui, Ozen utilisa alors sa magie pour éclairait la zone d'où provenaient les projectiles, elles étaient tombées droit dans un piège, les assaillants devaient être une trentaine, Ozen leva alors le bouclier fixé à son bras et se mit à charger à travers la forêt, Venaris lui emboîta le pas; après plusieurs minutes de poursuite infructueuse; Ozen fut la première à tomber, ne pouvant affronter au temps d'adversaire seule,

il n'y avait plus qu'une seule option pour la jeune femme, elle créa alors un nuage composé de milliers de papillons pour masquer sa fuite récupérant Ozen au passage, bien que cette dernière mesurer deux mètres, Venaris était devenue une force de la nature en l'espace de trois ans et quand bien même son dernier sort l'avait épuisé, la jeune femme repoussa encore plus c'est limites, une fois au camp, elle déposa son amie inconsciente au sol, les mages étaient là eux aussi, la jeune femme eut à peine assez de force pour se diriger vers eux, elle sombra elle aussi dans l’inconscience juste après avoir décroché un coup de poing qui fit voler plusieurs dents à l'un de ces mages.

Après de longues heures de sommeil, Venaris se réveilla dans un lit de l’infirmerie, Ozen était aussi allongé dans un lit couverte de blessures à coté d'elle, même si les deux amies avaient subi une défaite, elles gardaient le sourire juste en se regardant. À l'âge de vingt-et-un ans, Venaris perdit ses pouvoirs, elle entra alors dans une dépression des plus profondes, à cause de la défaite des guildes contre Chronos, elle avait perdu la seule chose qui la relier à sa mère, même Ozen à ce moment-là n'était plus capable de lui rendre son sourire, les batailles qui suivirent, la jeune femme se mit à tuer pour se défouler, quand bien même le faite de profité de la confusion créée par Chronos était déloyal de la part de Pergrande, Venaris n'en avait que faire, si ses ennemies n'étaient pas capables de se battre sans magie ces qu'ils n'étaient pas dignes de l'affronter, alors que la jeune femme s'enfonça de plus en plus dans l’obscurité de la guerre, Ozen finit tout de même par ramener Venaris à la raison.

Quand la nouvelle de la défaite de Chronos parut, toute la caserne était en fête, comme à son habitude, Venaris ni participé pas, mais à la différence d'autres fois, Ozen n'était pas là, même si elle n'avait encore rien dit à Venaris, elle sortait avec un utilisateur de magie noir, sans même que cette dernière ne s'en rende compte, Venaris avait replongé dans la noirceur. Après quelques mois d'entrainement, Venaris était enfin capable de faire à nouveau apparaître ses papillons, avec une joie immense, la jeune femme retrouva son amie, mais ce qu'elle vue alors l'acheva, Ozen s’entraînait à utiliser une magie que Venaris trouver impure et dénuer de toute beauté, la jeune femme passa de longues heures à observait cette scène en silence, maudissant les lâches qui user de cette magie.

Trois années passèrent suivies à ça, les relations entre les deux femmes s'étaient peu à peu détérioré, alors qu'Ozen était des plus heureuses avec son homme, Venaris méprisé de plus en plus les utilisateurs de magie noire et alors que la fidélité d'Ozen envers Pergrande était plus forte que jamais, celle de Venaris disparaissait de plus en plus, étant forcée de travailler main dans la main avec des utilisateurs de magie noire, à tel point que sans prévenir, la jeune femme décida qu'il était temps pour elle de partir. Une nuit, sans prévenir, Venaris quitta la caserne, esquivant alors les gardes, elle réussit à sortir, elle se rendit en premier lieu à son ancienne demeure, cette dernière était méconnaissable, toutes ces années sans entretien avaient complètement transformé le manoir, Venaris entra alors, elle se dirigea vers un passage dérobé menant à un coffre de famille, malgré les multiples vandalismes, le coffre était toujours là, rempli d'argent, elle récupéra alors son contenue et se dirigea vers le jardin, elle s'agenouilla alors devant la statue de son arrière-arrière-grand-père, elle s'excusa auprès de cette statue avant de coucher sur papier son nom de famille, elle le glissa ensuite dans la trappe de la statue, décidant ainsi d’abandonner ce dernier.

Après avoir passé la journée à traverser la forêt pour quitter le pays, le crépuscule fit son apparition, une fois presque à la frontière, il ne lui restait plus qu'un pas à faire pour trouver enfin sa liberté, mais c'est alors qu'un obstacle de taille se dressa devant elle, Ozen était là, face à Venaris, l'attendant du haut de ses deux mètres, les deux femmes se regardèrent un long moment avant que l'une d'elles prennent la parole, Ozen somma Venaris de faire demi-tours avant de franchir le point de non-retour, la jeune femme supplia alors son amie de la laisser passer, mais rien à faire; aucune des deux amies n'était prête à écouter l'autre, cette conversation étant une impasse, il ne restait plus qu'une seule solution, les deux femmes se mirent alors en position de combat, l'une déterminer à ramener une déserteuse, l'autre déterminer à quitter à tout jamais le pays.

Après de longues minutes de combat acharner, aucune des deux n'arriver à prendre le dessus, alors qu'elles commençaient à arriver à bout de souffle, les deux femmes se préparèrent à lancer leur ultime attaque, l’assaut fut bref, le temps d'un battement de cils, Ozen sortie une dague et entailla l’œil droit de son adversaire, quant à la lame de Venaris, elle transperça profondément Ozen jusqu'à la garde de l'épée, se rendant compte que ce geste serait à tout jamais irréversible, Venaris déposa délicatement Ozen au sol, ses larmes se mélangent au sang de sa blessure. Alors qu'elle rendait son dernier souffle, Ozen fit promettre à Venaris de ne plus jamais prendre d'autres vies, elle tendit alors la main pour caresser et essuyer les larmes qui inonder les joues de Venaris, la jeune femme prit alors son amie une dernière fois dans ses bras avant qu'elle ne meurt.

Une fois ses larmes séchaient, Venaris entera ce qui fut sa meilleure amie, elle planta ensuite son épée et celle d'Ozen côte à côte en guise de sépulture avant de quitter le pays à tout jamais. Suite à cela, Venaris passa quelques mois à errer de pays en pays cherchant à s'éloigner le plus possible de Pergrande. La jeune femme se retrouver donc dans une auberge du royaume de Fiore, alors que comme à son habitude la jeune femme se noyer dans l’alcool, elle entendit parlait d'un groupe qui avait pour but de traquer et de mettre un terme aux agissements des mages noirs et là où les autres rigoler à propos de ce groupe, Venaris vue une aubaine.

Le lendemain, la jeune femme se remit en forme, utilisant tous les restes de l'argent qu'elle avait récupéré dans le coffre caché du manoir pour se faire forger une épée longue capable d'affronter les utilisateurs de magie noire sans pour au temps les tués. Une fois sa commande en main, Venaris avait eu tout le temps pour se remettre en forme et étudier ce qu'il y avait à savoir sur les conseils Magiques, elle prit alors la direction du conseil afin de l’intégrer en tant qu’enquêtrice pour pouvoir traquer tous ceux qu'elle considérait comme des lâches et les mettre hors d'état de nuire.




Derrière le pc

♦️♦️ PRENOM :: //
♦️♦️ PSEUDO :: Luciole
♦️♦️ AGE :: 22
♦️♦️ OU TU AS CONNU LE FOW ? :: //
♦️♦️ DES COMMENTAIRES ? :: Dc de Xiuyan Chinlin
♦️♦️ CODE DU RÈGLEMENT ::



Dernière édition par Venaris le Dim 14 Oct - 12:14, édité 6 fois
avatar
Messages : 3
Jewels : 0
Date d'inscription : 04/10/2018
Age : 22

le Ven 12 Oct - 5:52
Voilà j'ai terminé, j’espère grandement que ça ne sera pas ennuyant à lire ni une torture. ^^'
avatar
Messages : 3
Jewels : 0
Date d'inscription : 04/10/2018
Age : 22

le Sam 13 Oct - 11:03
yop, désolé du retard T.T

En premier je vais te demander de relire et de corriger un peu tout ça, certaines fautes sont assez violentes et nuisent à la lecture, genre "les trait de son visage sa fin et noble" ça parait con mais m'a fallu un moment avant de comprendre que tu voulais dire "sont" à la place de "sa" et certaines phrases, je n'ai toujours pas comprit genre "qu'il ne s’agissait pas de neige à la sole, "

" l'idée d'escorter ces mages en particulier déplaisait à Venaris, elle n'appréciait pas vraiment le mage noir, ne trouvant aucune beauté ni honneur dans leur magie, de plus, la plupart des mages noirs qui avaient intégré l'armée de Pergrande étaient des vantards qui comparer leurs massacres sur les champs de bataille. " Par définition, un mage noir est un mage qui n'est pas légal, du coup un mage noir ici serait opposé à Pergrande x) Et je t'avais déjà fait une réflexion à ce sujet

"Une fois leur repas englouti les deux femmes repartirent à la caserne, mais une fois sur place, deux officiers les attendaient, malgré la sévère réprimande, les deux amis étaient heureux. Deux ans plus tard, les deux femmes ne pouvaient se passer l'une de l'autre, elles avaient aussi bien grandi, Venaris mesurait à présent un mètre soixante-quinze et quant à Ozen, elle mesuré un peu plus de un mètre, au temps dire que cette dernière ne passer plus inaperçus, un nouveau champ de bataille les attendaient, mais à la différence des précédentes batailles, elles devaient escorter un groupe de mage derrière les lignes ennemies, les informations disaient que le groupe ne devait pas rencontrer trop de problèmes en route, l'idée d'escorter ces mages en particulier déplaisait à Venaris, elle n'appréciait pas vraiment le mage noir, ne trouvant aucune beauté ni honneur dans leur magie, de plus, la plupart des mages noirs qui avaient intégré l'armée de Pergrande étaient des vantards qui comparer leurs massacres sur les champs de bataille.

il n'y avait plus qu'une seule option pour la jeune femme, elle créa alors un nuage composé de milliers de papillons pour masquer sa fuite récupérant Ozen au passage, bien que cette dernière mesurer deux mètres, Venaris était devenue une force de la nature en l'espace de trois ans et quand bien même son dernier sort l'avait épuisé, la jeune femme repoussa encore plus c'est limites, une fois au camp, elle déposa son amie inconsciente au sol, les mages étaient là eux aussi, la jeune femme eut à peine assez de force pour se diriger vers eux, elle sombra elle aussi dans l’inconscience juste après avoir décroché un coup de poing qui fit voler plusieurs dents à l'un de ces mages."

Wat? il doit manquer un paragraphe, on ne passe pas de "j'escorte" à "je fuis" comme ça d'un coup xD

", Ozen se risqua à utiliser une magie noire qu'elle ne maîtrisait que très peu pendant que Venaris tenta une ultime estocade, le sort parti blessant à l’œil la déserteuse"

Sauf que c'est pas de la magie noire ça... La "magie noir" c'est une catégorie à part, et ce n'est pas directement offensif sinon toutes les magies le seraient. Genre la magie de Bixrow de possession est une magie noir.


"la jeune femme prit alors son amie une dernière fois dans ses bras avant qu'elle ne meurt, pour elle, c'était la faute des mages noirs, si Ozen n'avait pas essayé d'utiliser se sort, elle aurait pu se défendre et ne serait probablement pas morte"


", utilisant tous les restes de la fortune familiale pour se faire forger une épée longue "

Bah heu...elle sort d'où la fortune familiale là? Car si sa famille est arrêtée, qu'elle est déserteuse, que le manoir a été pillé, les sous vont pas venir du saint esprit

Pareillement comment elle a arrive à Fiore? Car pergrande n'est pas à coté de Fiore, et des institutions d'ordre y en a un peu partout x)
avatar
Messages : 549
Jewels : 0
Date d'inscription : 01/04/2017
Age : 26

Feuille de personnage
Barre d'xp:
0/0  (0/0)
Orientation:
Magie:
Oracion Seis S

le Dim 14 Oct - 12:31
Voilà, j'ai fait pas mal de correction, je suis désolé s'il en reste, je lis de mémoire sans le vouloir donc parfois je voie pas les énormes fautes qui dansent sous mon nez, ensuite j'ai remplacé tous les mages noirs par "utilisateur de magie noire"sauf pour la belle-mère, j'ai un peux plus préciser que l'argent vient d'un coffre caché dans le manoir, en enlevant bien sûr au passage "fortune familial", elle s'est éloigné de Pergrande et c'est retrouvé au royaume de Fiore, le combat contre Ozen se finit en corps à corps sans magie, j'ai rajouté le paragraphe qu'il manque en changeant la couleur des premiers mots pour qu'il soit plus visible et quelque petit truc qui ont changeait et pour finir, je sais pas pourquoi mais souvent Reverso me met des petites béquilles en remplacent "sont" par "sa" quel plaisantin, voila en espérant que se soit bon. (Et merci du temps que tu m'accordes, encore désoler pour tes yeux)^^
avatar
Messages : 3
Jewels : 0
Date d'inscription : 04/10/2018
Age : 22